Danger alarmant en Europe ! 1 oiseau sur 5 pourrait disparaître

Selon la déclaration faite par la Nature Association, l'Agence Mondiale De protection des oiseaux a préparé un rapport détaillé avec le soutien de milliers d'experts et de bénévoles de 54 pays et régions d'Europe. Les catégories de la liste rouge ont été réévaluées pour 544 espèces d'oiseaux vivant dans la région entre le Groenland, l'Islande et le Svalbard au nord, les îles Canaries, Malte et Chypre au sud, les Açores à l'ouest, le Caucase et les montagnes de l'Oural à l'est.

Les causes et les espèces d’oiseaux en voie d’extinction

Dans le cadre du rapport, la catégorie de la liste rouge de chaque espèce a été mise à jour et le risque d'extinction a été évalué. Les points saillants du rapport sont les suivants : « 13% des oiseaux en Europe, soit 71 espèces d'oiseaux, sont en danger d'extinction. La population d'1 oiseau sur 3 en Europe a été gravement éteinte au cours du siècle dernier, 1 oiseau sur 5 en Europe est en danger d'extinction. Les canards et les oiseaux de rivage (40%), les oiseaux de mer (30%) et les rapaces (25%) sont parmi les groupes qui disparaissent le plus rapidement en Europe, les oiseaux de rivage sont également en déclin drastique ». Le changement à grande échelle de l'utilisation des terres, l'intensification des pratiques agricoles, les projets d'infrastructure, l'utilisation intensive des ressources marines, la pollution des eaux intérieures et les pratiques forestières extensives ont été notés comme les principales causes du déclin des populations d'oiseaux observé dans les habitats européens. Les déclins continus des populations et le rétrécissement des habitats des espèces communes des habitats ouverts, comme les alouettes, les pies-grièches et les bruants, reflètent l'extinction globale de toutes les composantes de la nature et l'utilisation accrue de produits agrochimiques. Bien que certaines espèces de rapaces aient récemment retrouvé leurs populations en raison d'une protection légale et d'activités de conservation ciblées, le nombre de nombreuses espèces de rapaces qui dépendent d'habitats ouverts pour leur alimentation (pâturages et garrigues) est toujours en baisse.

A lire :   L'ex-pilote de Boeing accusé ne veut pas être un "bouc émissaire"

Il faut de nouvelles réglementations

Selon le coordinateur de la recherche sur la biodiversité de l'association Nature les politiques et actions existantes ne suffisent pas à inverser cette situation. De nouvelles lois sur la nature doivent être adoptées et cela est nécessaire pour la poursuite du cycle de vie des oiseaux.